Talkspirit

[Baromètre Julhiet Sterwen 2021] Vers une “phygital workplace” ?

Baromètre digital workplace 2021 de Julhiet Sterwen ; vers une phygital workplace ?
Partager article

D’après le baromètre 2021 “Du digital workplace au phygital workplace”, 72 % des salariés français estiment que la crise COVID a accéléré la transformation de quatre dimensions clés dans leur entreprise : les modes d’organisation et de management, les outils et l’environnement de travail. 

Réalisée par l’Ifop pour Julhiet Sterwen entre octobre et novembre 2020, cette étude a permis d’interroger plus de 1000 collaborateurs issus d’entreprises de plus de 500 salariés, dont 350 managers, afin de recueillir leur perception des changements à l’œuvre dans leur organisation.

Les sujets-clés qu’elle a permis d’aborder : 

  • l’impact du télétravail sur l’engagement collaborateur, la cohésion d’équipe et le management
  • les nouvelles attentes des collaborateurs en termes d’espaces de travail 
  • l’utilisation des outils numériques à l’ère de la digital workplace

Voici une analyse des principaux enseignements du baromètre.

Télétravail : quel impact sur le collaborateur ?

Selon Julhiet Sterwen, l’année 2020 a mis en avant trois compétences clés du collaborateur, devenues essentielles à l’ère du travail hybride : 

  • le sens de l’adaptation, 
  • l’engagement individuel,
  • et l’autonomie.

Par ailleurs, la crise COVID a eu un impact fort sur le niveau d’engagement et le sentiment d’appartenance, parmi les salariés. Cette période de “télétravail forcé” qui aura duré un an dans certaines entreprises, a laissé des traces. 

Certains salariés se sont progressivement désengagés pour des raisons multiples (stress, isolement, problèmes d’organisation, manque de motivation, manager absent…). D’autres, au contraire, se sont sur-engagés dans leur travail ; une pratique tout aussi nocive pour la santé physique et mentale, allant même parfois jusqu’au burn out.

Lire aussi : [Parole d’expert] Brigitte Vaudolon : les risques psychosociaux liés au télétravail

L’étude évoque aussi le rôle joué par les outils numériques pour renforcer le lien au sein des équipes (c’est l’avis de 30 % des managers mais de seulement 19 % des collaborateurs). Mais force est de constater que ce rôle a été insuffisant. Preuve, s’il en fallait, que le basculement inédit et ‘en urgence’ en télétravail a été souvent subi et insuffisamment accompagné.

Même si le caractère particulier du contexte de confinement rend impossible les conclusions définitives en ce qui concerne le télétravail (qui est le plus souvent choisi, organisé, accompagné et correctement outillé), l’expérimentation du ‘télétravail forcé’ à grande échelle a permis d’identifier les excès et les risques.

Vers un management hybride

Avec l’arrivée au premier plan du travail hybride, le rôle du manager s’est transformé. Fini le management vertical où seul le haut de la pyramide détenait le pouvoir. Désormais, l’heure est au management horizontal et à la suppression (du moins l’atténuation) des niveaux hiérarchiques.

Lire aussi : [Parole d’expert] Bertrand Duperrin : vers un mode de travail hybride

En effet, 55 % des managers estiment que le digital les amène à adopter une posture de coach. Être manager ne consiste donc plus seulement à donner des objectifs et à vérifier que le travail a bien été fait. Mais pour garder ses équipes performantes et motivées, le manager hybride doit rester à l’écoute de leurs besoins, leur apporter un accompagnement personnalisé, et entretenir la cohésion. 

Illustration baromètre phygital workplace : 55% des managers pensent que le digital les mène vers une posture de coach

Dans cette nouvelle configuration, l’enjeu consiste alors à trouver “le juste équilibre entre le maintien du rapport collectif et le respect de la liberté du collaborateur”.

72 % des managers pensent que cela passe par accorder davantage de confiance à leurs équipes. Par ailleurs, plus des ¾ d’entre eux estiment que le digital va leur permettre de développer l’autonomie des collaborateurs. D’où l’importance pour le manager de bien maîtriser les outils digitaux.

Lire aussi : Retour sur le webinaire « Management d’équipes hybrides : mode d’emploi »

Bien sûr, tous les managers n’ont pas la même attitude face à cette révolution digitale. Plus de la moitié d’entre eux ont peur de ne plus pouvoir contrôler le travail de leurs collaborateurs à distance. Ce qui illustre bien l’ancrage du management command & control au sein des entreprises françaises.

Illustration baromètre phygital workplace : 53% des managers estiment avoir moins d'influence sur leurs collaborateurs à distance

Pour aider ces managers à faire évoluer leur posture, 19 % des salariés s’attendent à ce qu’un accompagnement spécifique leur soit proposé par l’entreprise.

Un environnement de travail en pleine mutation

Le management n’est pas la seule dimension concernée par l’évolution des modes de travail. L’environnement de travail, lui aussi, est en pleine mutation.

Depuis la crise, les attentes des collaborateurs en termes d’espaces de travail ont profondément évolué. Selon le baromètre, 36 % souhaitent travailler dans un bureau individuel fermé, et 27 % depuis leur domicile. Seuls 12 % veulent travailler dans un open space, et 5 % dans un espace de co-working ou dans des tiers lieux.

Graphique baromètre phygital workplace : 36% des collaborateurs préfèrent travailler dans un bureau fermé, 27% à domicile et 7% en open space

Face à de tels chiffres, il est légitime de se demander : le télétravail va-t-il signer la fin de l’open space ?

Lire aussi : Télétravail : la mort du bureau ?

Pour Julien Lever, directeur général adjoint de Julhiet Sterwen, il est peu probable que l’open space disparaisse. L’enjeu va plutôt être de “trouver le bon équilibre entre bureau individuel et open space”, confie-t-il dans ce podcast Le Journal du télétravail. “Car si le bureau fermé favorise la concentration, l’open space, lui, permet de faciliter la collaboration et le travail en mode projet”. Il faudrait donc plutôt chercher à concilier le meilleur des deux mondes !

Pour redonner envie aux collaborateurs de travailler en open space, les entreprises vont devoir repenser leur environnement de travail, par exemple en aménageant des espaces modulables en fonction des besoins de chacun. Julhiet Sterwen recommande aussi de mettre en place plus d’initiatives au service du collectif, afin d’améliorer le bien-être au travail des collaborateurs.

Lire aussi : [Parole d’expert] Noémie Le Menn : comment accompagner le retour au bureau ?

Outils numériques : des usages à développer

En un an, l’utilisation des outils digitaux s’est nettement intensifié :

  • 41% des répondants utilisent des outils collaboratifs (contre 36 % en 2019)
  • 51 % utilisent des outils de visioconférence (contre 34 % en 2019)

Lire aussi : Collaboratif : les applications et fonctionnalités “tendances” de 2020, selon Okta

Chiffres illustrant l'intensification de l'usage des outils digitaux

Pour aider les collaborateurs à mieux utiliser ces outils, les entreprises doivent mettre en place plus d’initiatives d’accompagnement et de coaching personnalisées

Pour ce faire, elles peuvent miser sur :

  • des événements internes, 
  • des tutoriels d’utilisation des outils, 
  • une approche de gamification
  • un référent digital,
  • la mise en place de groupes dédiés.
accompagnement à développer pour aider les collaborateurs à mieux utiliser les outils digitaux

Vers une “phygital workplace” ?

Il y a quelques années, les analystes attendaient de la digital workplace qu’elle incarne le Futur du Travail

La crise Covid – qui a imposé le télétravail forcé du jour au lendemain à des millions de Français – a récemment démontré que le digital n’était pas suffisant pour offrir une expérience de travail optimale aux salariés. En effet, le manque de relations sociales lié aux confinements successifs a parfois entraîné un sentiment d’isolement, une dégradation des relations avec les collègues ou le manager, voire une perte de sens du travail chez les salariés.

Pour rester productifs et en bonne santé, les collaborateurs ont besoin d’avoir des contacts humains directs et fréquents avec leurs collègues. Il convient alors de s’interroger sur l’équilibre à adopter entre les interactions physiques et digitales.

Pour atteindre cet équilibre “phygital”, les entreprises vont devoir repenser les différentes dimensions qui contribuent à l’expérience de travail hybride (par exemple : l’aménagement des bureaux, les outils digitaux, les services aux collaborateurs, le management…).

Finalement, le sens de l’histoire n’est-il pas de faire émerger progressivement une “phygital workplace” ?

Lire aussi : Le travail phygital, nouvel enjeu de l’expérience collaborateur

*
*    *

Vous souhaitez en savoir plus sur les enjeux et bonnes pratiques du travail hybride ? Consultez notre livre blanc à ce sujet :

Accéder au Livre Blanc

Dans notre livre blanc « Futur du travail : place au travail hybride ! », vous découvrirez : les enjeux et bénéfices du travail hybride ; les bonnes pratiques à adopter du côté des managers, des RH, de la communication interne, de la DSI et des collaborateurs ; ainsi que les outils à mettre en place pour booster l’efficacité de vos équipes hybrides.


_
Auteure : Emmanuelle Abensur


Partager article

Abonnez-vous à la newsletter Talkspirit