Talkspirit

Le futur du travail en Europe, selon McKinsey

Image illustrant le futur du travail en Europe
Partager article

Si la crise de la Covid-19 a eu un lourd impact sur le marché du travail, elle s’est aussi traduite par une montée en puissance des nouvelles technologies et une accélération de la mutation des modes de travail. Par exemple, dans les dix prochaines années, l’automatisation et l’intelligence artificielle devraient profondément bouleverser la répartition des emplois et les besoins en compétences. Selon un rapport McKinsey de juin 2020, environ 22 % des emplois en Europe (soit 53 millions) pourraient être automatisés d’ici 2030. 

Dans ce rapport, le cabinet de conseil en stratégie identifie les tendances du futur du travail de plus de 1000 villes et régions de 27 pays européens. Voici un résumé de ces tendances, et plusieurs initiatives à mettre en place pour y faire face. 

L’impact de la Covid et de l’automatisation sur le marché du travail européen

Des emplois à risque

Selon McKinsey, presque 59 millions d’emplois européens sont menacés par la crise de la Covid-19 via des réductions du temps de travail, des diminutions de salaire, des congés temporaires ou des licenciements. 

Trois secteurs regroupent la moitié des emplois menacés en Europe : 

  • le commerce (commerce de gros et détail), qui représente à lui seul 25 % des emplois les plus vulnérables
  • la restauration 
  • le bâtiment
Selon le rapport sur le futur du travail en Europe de McKinsey, les emplois les plus affectés par la crise de la Covid-19 sont aussi les plus exposé à l'automatisation

Les emplois les plus affectés par la pandémie sont ceux qui étaient déjà les plus exposés au risque d’automatisation. Ainsi, dans le commerce de détail et de gros, presque 70 % déjà “à risque” du fait de l’automatisation sont aussi menacés par la crise. La Covid-19 pourrait donc accélérer la destruction de certains métiers et l’émergence de nouvelles professions.

Lire aussi : L’impact Covid sur la digitalisation des entreprises : synthèse de l’étude McKinsey (2020)

Les travailleurs peu qualifiés et les jeunes seront les plus touchés. De fait, 80 % des emplois qui risquent d’être supprimés ou transformés sont occupés par des personnes qui n’ont pas fait d’études supérieures. 

Une évolution de la répartition des emplois

La répartition de l’emploi par secteur d’activité devrait également évoluer. Dans plus de la moitié des professions, au moins 30 % des activités pourraient être automatisées grâce aux technologies actuelles. Par conséquent, les emplois du secteur administratif, de la production et du service client devraient nettement diminuer dans les prochaines années.

Selon le rapport, l’automatisation accélère la transition vers des secteurs à forte densité de connaissance tels que l’éducation, les technologies de l’information et de la communication, la santé et le social. Ainsi, les professions STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques), commerciales, juridiques et médicales devraient croître de plus de 20 % dans les dix prochaines années, ce qui permettrait de créer environ 4 millions d’emplois. 

Évolution de la répartition des emplois

Quinze métiers pourraient regrouper presque 30 % de la croissance potentielle de l’emploi, notamment les développeurs de logiciels, les professionnels de santé et du marketing.

De nouveaux besoins en compétences

La majorité des emplois qui seront pourvus d’ici 2030 exigeront un niveau de compétences plus élevé qu’aujourd’hui. Ainsi, 21 millions de travailleurs européens devront changer de profession d’ici 2030, et plus de 90 millions devront acquérir de nouvelles compétences dans le cadre de leur fonction actuelle.

Deux types de compétences seront particulièrement en demande : 

  • les compétences socio-émotionnelles, comme l’enseignement ou l’empathie
  • les compétences technologiques, comme la programmation ou la R&D

Lire aussi : [Parole d’expert] Mathilde Héliès (CEO Fullémo) : l’intelligence émotionnelle, compétence-clé du manager

Selon le rapport sur le futur du travail en Europe de McKinsey, la demande de compétences technologiques, sociales et émotionnelles devrait augmenter

Les salariés occupant des métiers en déclin devront eux aussi développer ces nouvelles compétences pour pouvoir évoluer. Par exemple, certains commerciaux pourront suivre une formation spécifique pour se reconvertir dans des rôles d’infirmiers ou d’aide à la personne, qui devraient croître de 25 % d’ici 2030. 

Une pénurie de main d’oeuvre qualifiée

Une fois rétablie de la crise, l’Europe pourrait faire face à une pénurie de travailleurs qualifiés, en particulier dans les grandes villes. En cause : la diminution de la population active, liée en grande partie au vieillissement démographique. 

Aujourd’hui, seule 40 % de la population européenne a fait des études supérieures, mais c’est insuffisant : 60 % des emplois en croissance nécessitent de tels profils. Dans les dix prochaines années, il sera donc plus difficile pour les entreprises de trouver les compétences dont elles ont besoin, notamment dans le secteur informatique et dans la santé.  

Une concentration géographique de l’emploi de plus en plus forte

D’ici 2030, les emplois seront de plus en plus concentrés dans les grandes villes. Ainsi, les 48 plus grandes mégalopoles européennes devraient capter plus de 50 % de la croissance de l’emploi, contre seulement 10 % pour les régions en déclin. 

Selon McKinsey, 40 % des Européens vivent dans des régions où le nombre d’emplois devrait diminuer. C’est notamment le cas de l’Europe de l’Est, l’Allemagne de l’Est, l’Italie du Sud et du Portugal.

Cependant, cette tendance pourrait être nuancée par l’augmentation du télétravail, qui pourrait réduire l’attractivité des grandes villes et favoriser un travail géographiquement décentralisé.

Selon le rapport 2020 sur le futur du travail en Europe, d'ici 2030, 40 % des Européens vivront dans des régions avec un marché du travail en déclin

Comment l’Europe peut relever ces défis

Pour s’adapter à ces tendances et accompagner le futur du travail, les entreprises et gouvernements européens doivent concentrer leurs efforts sur quatre thématiques majeures :

Adresser la pénurie de compétences

Pour remédier à la pénurie de main d’œuvre qualifiée, les entreprises doivent d’abord investir sur le développement des compétences de leurs salariés. Pour cela, il leur faudra faire évoluer leurs programmes de formation et placer la formation continue au cœur de leur culture d’entreprise.

Lire aussi : Vincent Montet, EFAP : « La formation est une des réponses au darwinisme digital »

L’évaluation des compétences sera une étape importante pour identifier les travailleurs qui doivent se former, voire se reconvertir.

Les employeurs pourront former des partenariats avec les universités afin de concevoir des programmes d’études adaptés au monde du travail. 

Ils pourront également s’appuyer sur les plateformes digitales pour améliorer la transparence des offres d’emploi et suggérer des parcours professionnels en adéquation avec les compétences des travailleurs. 

Outre la formation et la reconversion, il sera nécessaire d’investir davantage dans le recrutement pour attirer les talents clés, et trouver de nouveaux moyens d’identifier les profils non conventionnels.

Améliorer l’accès à l’emploi

Dans les grandes mégalopoles, moins de 60 % des emplois de 2030 pourront être occupés par les habitants actuels. Pour combler ce manque de travailleurs, plusieurs millions de personnes devront venir s’installer dans les grandes villes, ce qui nécessitera d’investir dans les infrastructures de transports, et de créer davantage de logements abordables dans les zones urbaines.

Dans les grandes villes européennes, plusieurs initiatives devront être mises en place pour améliorer l'accès à l'emploi

D’autre alternatives s’offrent aux entreprises pour développer leur vivier de talents : 

  • se développer dans d’autres régions
  • recruter des travailleurs à distance
  • se tourner vers le freelance ou l’outsourcing 

Soutenir un marché du travail en déclin

Plusieurs initiatives pourront être mis en oeuvre par les gouvernements européens pour soutenir le marché du travail :

  • créer des programmes de financements ciblés comme Horizon 2020
  • fournir des incitations économiques pour encourager les entreprises à se délocaliser
  • stimuler l’investissement dans l’éducation et les services de santé
  • offrir des incitations financières pour attirer les travailleurs étrangers qualifiés

Augmenter le taux d’activité

À long terme, le défi sera d’augmenter le taux d’activité pour faire face à la diminution de la population active. Pour contrer cette tendance, l’Europe devra s’efforcer d’attirer et de retenir les travailleurs qualifiés, mais aussi stimuler la participation des personnes âgées, des femmes et des jeunes.

Deux options peuvent permettre de garder les travailleurs plus longtemps :

  • réformer le système de retraite, par exemple en augmentant l’âge de départ à la retraite
  • créer des emplois à temps partiel plus flexibles, qui permettent aux salariés de prendre leur retraite par étapes

Pour attirer les femmes, les employeurs peuvent proposer des horaires plus flexibles, du travail à temps partiel, du travail à distance et des services de garde d’enfants. 

Enfin, il est important de s’assurer que les diplômés soient formés aux compétences réellement recherchées sur le marché du travail. Des subventions publiques peuvent également être données aux entreprises qui les embauchent pour soutenir l’emploi des jeunes.

*
*   *

Dans les dix prochaines années, l’automatisation devrait créer, transformer et supprimer de nombreux emplois. Pour occuper les professions de demain, la plupart des salariés devront développer leurs compétences, voire se reconvertir complètement. 

Un effort que les entreprises devront soutenir en investissant massivement dans la formation, mais aussi dans les outils numériques. Elles pourront également se tourner vers le travail à distance, le travail hybride ou le freelancing afin d’étendre leur pool de talents.

Vous souhaitez en savoir plus sur les enjeux du futur du travail ? Consultez notre livre blanc « Futur du travail : place au travail hybride ».

Accéder au Livre Blanc

Dans notre livre blanc « Futur du travail : place au travail hybride ! », vous découvrirez : les 8 enjeux principaux du travail hybride ; les bonnes pratiques à adopter du côté des managers, des RH, de la communication interne, de la DSI et des collaborateurs ; ainsi que les outils à mettre en place pour faciliter le travail hybride.



_
Auteure : Emmanuelle Abensur


Partager article

Abonnez-vous à la newsletter Talkspirit