09 juillet 2012

Retour sur le meet-up Enterprise 2.0 Summit du 5 juillet

Un meet up sur l'Entreprise 2.0 était organisé jeudi 5 juillet chez Soleilles Cowork. C’était l’occasion de faire un bilan sur les différents événements internationaux qui se sont déroulés ces dernières semaines sur le sujet. J'ai eu l'occasion d'intervenir pour faire un retour sur le Social Business Forum de Milan qui s'était déroulé il y a un mois. En direct de Palo Alto via Google Hangout, Catherine Shinners de Cisco nous a fait un compte-rendu sur un événement similaire qui s'était déroulé à Boston. Bertrand Duperrin, qui avait participé récemment à des conférences sur ce sujet à Montréal et Londres, nous a également livré son point de vue sur les avancés.


1/ Le Social Process

Une des première question à se poser quand on veut attaquer ce type de projet, c'est "quelle est la métrique business que l'on souhaite améliorer" expliquait John Hagel, Co-chairman chez Deloitte, à Milan. Nous nous retrouvons dans la situation paradoxale où certains experts, après avoir décrié que le nombre de fans sur une page Facebook ne voulait pas dire grand chose, se retrouve à comparer l'avancé des entreprises par rapport au nombre d'employés participant sur le réseaux social interne, sans lien avec d'autres métriques business. Nous constatons justement un ralentissement dans l'avancé de ces projets car les entreprises qui arrivent à maturité "commencent à toucher à la tuyauterie", c’est à dire à devoir revoir leurs process, leur organisation, leur manière de manager... Nous remarquons d'ailleurs qu'à ces conférences, nous sommes passés d'un public "en jean" à des personnes "en costume" : de plus en plus de responsables et non plus des chefs de projets viennent présenter un retour d'expérience ou se renseigner sur ce sujet qu'il considère de plus en plus important. Une phrase à Milan qui reprenait bien ce propos m'avait marqué : "Social Business is just Serious Business". 

2/ Le Yin et le Yang

Bjoern Negelmann complète cette approche orientée process en évoquant "le yin et le yang" : d'un côté l'utilisation de ces nouveaux outils pour réussir à mieux produire grace aux conversations qui viennent enrichir le quotidien, d'un autre côté l'opportunité de fédérer l'intelligence collective sur des débats moins liés aux tâches quotidiennes mais importantes à une époque où l'anticipation est clé (veille paragée, débats sur la stratégie de l'entreprise,...)

3/ Le bien être du collaborateur

Anthony Poncier va plus loin en évoquant l'amélioration des conditions de travail (moins d'emails pour moins de stress, la notion d'équipe davantage prise en compte dans les objectifs que la performance individuelle,...) Il mentionnait le livre blanc du Community Roundtable (que vous pouvez lire ici) qui a aidé des responsables de projet à soutenir leur démarche en interne dans une approche orientée sur l’Homme. Malheureusement, ces sujets ne semblent pas être la préoccupation pricipale en Europe, comme l’expliquait le consultant ici.

 

Voici ma présentation.

11:14 | Lien permanent |

 Facebook | | | |